La conduite avec capacités affaiblies, ce n’est pas seulement une question d’alcool! Vous n’êtes pas sûr d’être en état de conduire? Poser la question c’est y répondre, ne prenez pas le volant.

Une activité qui demande tous nos sens

 

On ne le dira jamais assez, la conduite est une activité complexe pour laquelle tous nos sens et facultés sont sollicités.

Malheureusement, au Canada, les accidents impliquant la consommation d’alcool et/ou de drogue sont encore et toujours la première cause de décès criminel (Source: MADD).

Au niveau légal, on se rappellera que la tolérance zéro sur l’alcool s’applique à tous les conducteurs de moins de 22 ans, ainsi qu’à tous les détenteurs de permis d’apprenti ou probatoire. Et ça implique aussi votre permis d’apprenti motocycliste, même si ça fait des années que vous avez votre permis auto!

Le fameux 0,08 

 

Aussi, le 0,08 n’est pas tout : la loi permet aussi à un policier de vous mettre en état d’arrestation s’il a des motifs raisonnables de croire que vos capacités de conduire sont affaiblies, peu importe que ce soit par l’alcool, la drogue ou les médicaments (source: SAAQ).

Presque tous les médicaments, même ceux en vente libre, ont des effets secondaires qui affectent la conduite. L’effet secondaire le plus courant est la somnolence, mais des étourdissements, une vision floue ou une baisse de concentration vont aussi affecter vos capacités (source: SAAQ).

La seule manière responsable d’agir est donc de ne pas prendre le volant lorsque nous doutons de notre capacité à conduire.

 

Partager sur Facebook